Les grandes enseignes s’invitent sur internet

maxresdefault (8)Internet est encore considéré dans de nombreux pays comme une « technologie nouvelle ». Cette approche est en grande partie due au fait que les gouvernements ont tendance à craindre les changements. Pour preuve, il a fallu attendre de nombreuses années avant que ces pratiques ne soient réglementées. Et dans de nombreux pays, ce n’est toujours pas le cas.

Cela dit, l’autre grande surprise provient des grandes enseignes. Ces magasins célèbres sont généralement des marques qui se sont construites au fil de plusieurs centenaires en mettant en place un réseau historique de revendeurs, de partenaires et de succursales. Pour ces grandes enseignes, la transition vers les sites vitrine, les boutiques en ligne et les sites marchands s’est souvent posé comme une question de survie. Il s’agissait pour elles d’être présentes sur un nouveau marché, où elles sont prises de vitesse par les jeunes start-up.

On retrouve par exemple des marques comme Polo Ralph Lauren ou Victoria Secret’s, à l’opposé de marques comme Missguided qui se sont entièrement créées sur internet et sont devenues de gigantesques acteurs de leurs secteurs respectifs.

Pour ces multinationales, la transition vers internet comportait beaucoup d’ajustements. Il était question de mettre en place des canaux de distribution via internet, sans pour autant que cette évolution ne fasse de l’ombre au développement de leurs réseaux de boutiques physiques.

Pour la plupart de ces marques, une réduction des boutiques et magasins a pourtant bien été inévitable. Mais très souvent, la diminution du nombre de lieux de vente s’est accompagnée de transformations. Afin de profiter de leurs réseaux, ces entreprises ont pensé à de nouvelles façons de mettre à contribution leurs boutiques. Par exemple, il est désormais possible de passer commande en ligne et de venir essayer ou retirer les articles dans n’importe quelle boutique de la marque. Elles parviennent de cette manière à contourner la problématique de la livraison des marchandises.